Le danger guette les joueuses de la capitale

Le danger guette les joueuses de la capitale
e syndicat des footballeurs du Congo invitent les dirigeants à bien traiter les joueuses, lesquelles font la beauté de ce championnat

Le championnat de l’Entente de football féminin de Kinshasa (championnat d’élite de la capitale) poursuit son bonhomme de chemin. Au classement, à l’issue de 7 journées, c’est la formation de la Promesse Stars qui mène la danse avec 21 points.

 

Si sur le plan technique tout semble aller, mais sur le plan de prise en charge médicale, les joueuses de différents clubs éprouvent d’énormes difficultés. A chaque déroulement d’un match, la plupart des joueuses sont exposées au risque de blessure. ‘‘Sans nul doute, le danger nous guette dans la mesure où plusieurs équipes sont dépourvues de trousses médicales, fautes de moyens financiers. Nous nous contentons de premiers soins administrés par les "secouristes" mobilisés pour la circonstance. Dieu merci pour nous, aucune joueuses n’a connu une blessure grave’’, a révélé une joueuse sous-couvert d’anonymat. Elle souhaite à tout prix une amélioration à quelques journées de la fin de la première manche du championnat, pour éviter le pire.

 

 

Signalons cependant que les matches de ce championnat se disputent tous les week-ends à partir de 9 heures, au terrain annexe du stade des Martyrs (deux matches) et au stade Tata Raphaël de la Kethulle (deux matches).

 

 

Le football féminin kinois en difficultés

 

 

En son temps, le football féminin avait des assises bien implantées à Kinshasa. On pourrait alors parler de la très belle époque avec deux pôles d’attractions. L’un, avec l’équipe féminine d’Inter, sous la houlette de feu Bob Mundabi, le n°1 de l’ex-Grand Hôtel Kinshasa. L’autre, sous l’ère du Général Gabriel Amisi Kumba, avec l’équipe de Force Terrestre. Sous l’influence de ces deux formations, d’autres clubs ont pu émerger à travers la capitale de la Rdc. Durant cette belle époque, l’équipe nationale féminine en a tiré un grand profit avec comme point de mire, plusieurs participations à des phases finales de la coupe du monde de cette catégorie dont la campagne de Russie, et du Chili il y a une dizaine d’années. Ainsi, à travers la ville, les clubs engagés rivalisaient d’ardeur dans le championnat de football féminin. Puis, plus rien. Conséquence, l’équipe d’Inter avait perdu tout ce qu’elle avait comme piliers de soutènement et par voie de ricochet, toute son aura jusqu’à sa disparition. De son côté, quand le Général Amisi Kumba a été éloigné du camp militaire Kokolo pour d’autres fonctions, l’équipe de la FT a pris la même voie de sortie que celle d’Inter.

 

 

Le syndicat des footballeurs du Congo invitent les dirigeants à bien traiter les joueuses, lesquelles font la beauté de ce championnat. Les joueuses qui prennent part à la compétition, ne peuvent en aucun cas être exposées.

 

Olivier Sefu (Ufc)
Kinshasa, le 13 mars 2018

Toutes les actualités
Bana Foot Institute Fédération Congolaise de Football Association   : Leopards foot site DPPI